Serge Joncour Livre Nature humaine

Serge Joncour Livre Nature humaine

Télécharger et lire des livres en serge-joncour-livre-nature-humaine.txt, son moyen facile de diffuser Serge Joncour Livre Nature humaine livres pour plusieurs appareils. Regarder le livre serge-joncour-livre-nature-humaine.pdf.

La France est noyée sous une tempête diluvienne qui lui donne des airs, en ce dernier jour de 1999, de fin du monde. Alexandre, reclus dans sa ferme du Lot où il a grandi avec ses trois sœurs, semble redouter davantage l’arrivée des gendarmes. Seul dans la nuit noire, il va revivre la fin d’un autre monde, les derniers jours de cette vie paysanne et en retrait qui lui paraissait immuable enfant. Entre l’homme et la nature, la relation n’a cessé de se tendre. À qui l...


Serge Joncour Livre Nature humaine

Version longue suivie d'une version courte
Un nouveau joncour annoncé, en librairie on accourt, tant l'auteur nous a rendus addictifs à ses intrigues. NATURE HUMAINE,(1) ce titre gigogne, qui peut englober bien des sens/des possibilités, d'emblée interroge. C'est avec bonheur que l'on retrouve l'ADN de « l'écrivain national » !
Serge joncour appartient à cette famille d'écrivains, dite « des transfuges », ces enfants de la campagne qui s'en sont éloignés mais en font leur terreau littéraire.

Citons le roman solaire L'amour sans le faire, devenu le film « Revenir » sous la caméra de Jessica Palud qui met en scène le retour de Franck à la ferme familiale.

Rappelons également que l'auteur a signé la préface de Petit paysan de Catherine Ecole-Boivin, qui rend hommage à cet homme, à rebours de la mondialisation, cultivant sa terre comme ses ancêtres, refusant de la tuer avec engrais, pesticides. Rien ne vaut la binette ou le fumier.
Cette fois-ci, avec Nature Humaine l'auteur creuse plus profondément son sillon agraire en mettant en scène les Fabrier dans leur ferme du Lot, paumée au milieu des coteaux aux Bertranges ( lieu familier pour les lecteurs de L'Amour sans le faire). « Une mine d'or végétal » .

Mais « La nature est un équilibre qui ne se décide pas, qui s'offre ou se refuse, en fonction des années. », et qui est soumise au dérèglement climatique.
Avec son prologue in media res (daté du 23 décembre 1999), Serge joncour sait ferrer son lecteur.

On s'interroge : Que s'est-il passé pour qu'Alexandre se retrouve seul dans ces murs qui ont abrité toute sa famille ? Comment en est-il arrivé là ?

Que fomente-t-il avec « les mortiers et le fuel » ? « Tout était prêt », nous indique le narrateur, ce qui accroît le mystère. Par sa construction originale, il maintient le suspense avec brio.
L'auteur remonte le temps de 1976 à 1981 d'abord, enjambant les décennies et retrace le quotidien d'éleveurs, d'agriculteurs, maraîchers sur plusieurs générations.

C'est d'abord la chaleur qui saute au visage du lecteur. 76, été caniculaire, « la nature tape du poing ». Les terres sont craquelées, « les prairies s'asphyxient »., les bêtes crèvent de soif.
C'est sur les épaules d'Alexandre, le pilier du roman, 15 ans au début du récit, que repose la transmission du domaine des parents. Il apprend le métier dans un lycée agricole. Un travail sans relâche, qui « embrasse le vivant comme l'inerte », souligne Serge joncour et qui exige d'avoir de multiples compétences. Un métier auquel le romancier rend ses lettres de noblesse.
C'est tout un mode de vie que Serge joncour autopsie et détaille. Des journées rythmées par la télé. le rituel du JT de 20h (violence des luttes au Larzac, attentats...). Midi Première, Apostrophes. Bel hommage rendu à Mitterrand : « un intellectuel champêtre, un stratège ami des fleurs ».
Autre rituel :l'incontournable expédition du samedi au Mammouth en GS ! « l'extase, une fois les portes franchies » de « cette cathédrale de tôle et de béton », l'immanquable goûter à la cafétéria.

Mais pour le père, c'est une affaire de business, l'agriculture sacrifiée sur l'autel de la finance ! S'assurer un revenu, c'est être entraîné dans le système productiviste.
Un vent de nostalgie souffle chez les grands-parents lors de leur dernière plantation de safran. Cette culture n'est plus rentable.

Un crève-coeur pour ces « paysans dépositaires de gestes millénaires qui, demain, ne se feraient plus. ». La concurrence étrangère les a anéantis.
Entre le père et Alexandre, les divergences de vue génèrent des tensions.

Le père, génération charnière, veut agrandir, se moderniser, investir pour respecter les normes.

Cette course à l'agrandissement en vaut-elle la peine ?

Difficile en plus d'accepter les remontrances quand on est devenu adulte. Quand ils sont en froid, Alexandre trouve son refuge dans « ces grands espaces offerts au soleil », sa pampa, son Montana en sorte. Serge joncour dégaine alors sa plume de nature writer et de poète, pose son regard d'artiste sur les paysages et déploie le même talent que Rosa Bonheur pour peindre les animaux.
L'écrivain des champs (2) montre à plusieurs reprises la fracture entre Paris et la province.

Les trois soeurs (dont on suit les parcours), une fois adultes, seront happées par la vie citadine.

Enfin arrive dans ces campagnes reculées le téléphone qui va jouer un rôle important pour les protagonistes du roman. le progrès, c'est comme « une machine qui vous broie » pense Crayssac, le paysan chevrier intemporel, quelque peu visionnaire qui peste contre « les poteaux traités à l'arsenic », « les fils en caoutchouc ». Un voisin perçu comme « un prophète de malheur ».
Et l'amour ? Puisque « joncour a toujou

autres livres classés